Edit 2014 - taux de chômage fin 1er trimestre 2014

Le chômage vole de records en records ? L'édit ci-dessus du taux de chômage fin du 1er trimestre 2014 selon l'Insee fait apparaître curieusement une baisse de 0.5 point en moyenne sur un an. Les nouvelles données sont issues "de nouvelles séries nationales rétropolées estimées à partir du questionnaire rénové depuis 2013 de l'enquête Emploi", explique l'Insee dans une note du 5 juin 2014.

Magie des statistiques ou saut qualitatif en matière de collecte des informations publiques ? La méthode d'estimation des taux de chômage localisés a été améliorée sur différents points concernant notamment l'emploi au dénominateur des taux de chômage localisés (amélioration de la méthode de passage de l'emploi au lieu de travail à l'emploi au lieu de résidence, information sur les travailleurs frontaliers), explique encore l'Insee. "À partir d'avril 2014, les nouvelles séries de taux de chômage régionaux et départementaux sont rétropolées de ces deux effets : elles sont cohérentes sur l'ensemble de la période d'estimation. Pour le troisième trimestre 2013, la prise en compte de ce nouveau mode de calcul induit une diminution du taux de chômage de 0,5 point par rapport aux données publiées précédemment."

Pour rappel, le taux des anciennes séries au 4e trimestre 2012 :

  Région Taux

Variation sur un an

       
1 Ile de France 8,8 +0,5 point
2 Bretagne 9,0 +1,0
3 Pays de la Loire 9,0 +0,9
4 Rhône-Alpes 9,2 +0,8
5 Alsace 9,2 +0,8
6 Auvergne 9,3 +0,8
7 Limousin 9,5 +0,8
8 Bourgogne 9,7 +0,9
9 Centre 9,7 +0,9
10 Basse-Normandie 9,7 +0,8
11 Poitou-Charentes 9,8 +0,8
12 Franche-Comté 9,9 +1,2
13 Corse 10,0 +0,6
14 Aquitaine 10,2 +0,7
15 Midi-Pyrénées 10,4 +0,8
16 Lorraine 10,7 +0,9
17 Champagne-Ardenne 11,2 +1,1
18 Haute-Normandie 11,6 +1,0
19 Provence-Alpes-Côte d'Azur 11,7 +0,8
20 Picardie 12,3 +1,1
21 Nord-Pas-de-Calais 14,0 +1,2
22 Languedoc-Roussillon 14,3 +1,2
       
  France (métropole) 10,2 +0,8 point

 

Reste, en dépit de cette "bonne nouvelle", que la hausse demeure spectaculaire si l'on compare la situation à celle de 2008, à l'aube de la crise des subprimes. A l'époque, la Bretagne par exemple présentait un taux de chômage de 6,3 %, soit pratiquement trois points de moins ! La région n'était plus très loin du plein emploi dit structurel (environ 4 % en France), le niveau qualifié d'incompressible au vu de la structure de l'emploi dans le pays. Il était même de 5,2 % en Ille et Vilaine.